•  

     

    L’ouragan Gomette a soufflé sur Hélios

     

    MÉRINCHAL - LOISIR - ART - LITTÉRATURE

     

    Le clown a constamment été en mouvement sur la scène d’Hélios et même au-delà.
    © Droits réservés

     

    Les clowns se servent de leur carapace pathétique pour envoyer toutes sortes de messages. Ils peuvent ainsi quelquefois faire d'une pierre deux coups en amusant les plus petits et les grands dans un premier degré et en donnant à réfléchir sur des sujets plus graves tout en continuant à faire rire, et quelquefois jaune. Une pratique périlleuse puisque le spectacle doit trouver un équilibre dans la démesure. Le clown, Colette Gomette, a été assez fou et assez lucide pour assurer une prestation à la fois déjantée, drôle et énigmatique. Un thriller du rire avec ses errances à la Buster Keaton et ses gaffes, façon Oliver Hardy. Mais sur fond de cette comédie délirante, il était une fois l'histoire d'un être ordinaire qui va, grâce à une ascension politique fulgurante, se forger une nouvelle personnalité pour jouer dans la cour des plus grands fascistes et criminels de l'histoire. On a cru reconnaître Hitler et Mussolini. Un spectacle bien ficelé de bout en bout par la Cie Le Poil de la Bête et également une belle performance physique !

    Article de Myriam Peyraud 

    Publié le 26/09/2017 sur La Montagne

     


    votre commentaire
  •  

     

    Gaël Villepoux et David Peter ont fait battre le cœur de l’Espagne

     

    MÉRINCHAL - LOISIR - SCÈNE - MUSIQUE

    Première sortie très appréciée pour ce duo qui a fait preuve de beaucoup de complicité et d’une parfaite synchronisation. © Droits réservés

     

    Hasard de la programmation, le concert de musique espagnole prévu depuis plusieurs mois par Hélios a été rattrapé par l'actualité et interprété à peine 48 heures après le drame de Barcelone. Difficile dans ces circonstances de ne pas écouter cette musique populaire et traditionnelle espagnole sacralisée par Enrique Granados, Joaquin Nin, Pablo de Sarasate, Astor Piazzolla et Manuel de Falla sans ressentir un surcroît d'émotion.

    On a trouvé beaucoup de complicité au sein du duo formé par Gaël Villepoux à la guitare et David Peter au violon qui, réunis pour la première fois en public, ont fait parler la virtuosité de leur jeu.

    Le spectacle a débuté et s'est achevé avec la « Danse espagnole n° 5 Andaluza 1890 » d'Enrique Granados. Encore un signe puisque le compositeur avait obtenu le Premier prix de piano au conservatoire de Barcelone en 1883. Un air de musique qui a longtemps tourné en rond dans la tête de certains !

    Article de Myriam Peyraud

     

    Publié le 26/08/2017 sur La Montagne


    votre commentaire
  •   

     

     

    Le théâtre Hélios joue sur la corde sensible

     

    MÉRINCHAL - LOISIR - SCÈNE MUSIQUE

     

    Un duo piano-violoncelle qui a ravi l’auditoire. © Droits réservés

     

    Marion Oudin et Théodore Lambert avaient concocté un excellent programme de musique romantique allemande. Les morceaux ont été choisis pour que les instruments, guidés par la virtuosité des musiciens, donnent toute l'étendue de leur fragilité et de leur puissance. C'était la première rencontre d'un piano et d'un violoncelle sur la scène d'Hélios creusée dans la pierre et tamisée par un éclairage plongeant qui assurait une ambiance respirant l'évasion et le rêve.

    Marion connaît aussi bien la vie des compositeurs que celle de leur musique. Les deux sont indissociables. L'interprétation des deux jeunes musiciens a fait passer la note de l'émotion comme défile la beauté d'un chagrin d'amour qui fait vibrer la corde sensible du cœur. Encore un beau spectacle !

    Article de Myriam Peyraud

    Publié le 09/08/2017 sur La Montagne


    votre commentaire
  •  

     

    Entre le zist et le geste ce soir

     

    Louïse Manuel et Hugo Marchand, deux acrobates. © Droits réservés

     

    Le théâtre Hélios accueille ce soir deux acrobates de la Cie Cirque Content Pour Peu. Il suffit quelque fois d'un petit grain de sable bien placé pour dérégler les mécaniques les plus précises. Les jongleurs mêlent la force à la précision. Ils doivent avoir une confiance absolue l'un dans l'autre.

    Si l'horlogerie de précision suisse de l'un cafouille un tant soit peu, celle de son partenaire doit remettre les pendules à l'heure. La rigidité du spectacle s'assouplit. La performance athlétique des acrobates ne perd nullement en crédibilité, elle joue sur les dérives loufoques qu'ils maîtrisent à la perfection en laissant penser que tout leur échappe. C'est un château de cartes qui s'effondre peu à peu pour mieux se reconstruire. Du Charlie Chaplin qui part en vrille autour de sa canne mais qui ne tombe que pour mieux rebondir. Le spectacle a reçu le Prix du jury 2015 au festival Au Bonheur des Mômes du Grand-Bornand.

    Loïse Manuel et Hugo Marchand vont conduire petits et grands dans un engrenage délirant et c'est souvent le public qui aura l'impression d'être « Entre le zist et le zeste ».

    Article de Myriam Peyraud

     

    Publié le 12/07/2017 sur La Montagne

     

     


    votre commentaire
  •  

    Un beau duo violon accordéon

     

    MÉRINCHAL - LOISIR - SCÈNE - MUSIQUE 

    Christilla Legrand et David Peter ont offert un voyage de rêve aux mélomanes du théâtre Hélios.
    © Droits réservés

     

    Christilla Legrand, à l'accordéon chromatique, et David Peter, au violon, ont donné samedi un beau concert au Théâtre Hélios devant une salle comble. Le répertoire varié a entraîné l'auditoire à travers différents genres, entre musique classique et musique populaire, entre douceur, mélancolie et rythmes effrénés. De la musique traditionnelle russe aux danses roumaines de Bartok, de Bach à Galliano en passant par Brahms, Dvorak, Schubert et Piazzolla, c'est un vrai voyage musical auquel furent conviés les spectateurs. Les musiciens, tous deux enseignants au Conservatoire Émile-Goué de Guéret, ont partagé avec enthousiasme leur amour de la musique. Après deux rappels, c'est sur le célèbre morceau russe Les yeux noirs que s'est clos la soirée terminant en beauté ce concert.

    Article de Myriam Peyraud

    Publié le 18/07/2017 sur La Montagne

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires